De nouvelles recherches transforment peu à peu la façon dont nous considérons la plante de cannabis. Une nouvelle tendance suggère que le cannabis peut aider à perdre du poids. Mais s’agit-il d’une réalité ou d’une fiction ? Nous examinons les recherches pour vous donner l’heure juste.

Le système endocannabinoïde et le métabolisme

La science se résume à notre vieil ami, le système endocannabinoïde. Nommé d’après la plante qui a conduit à sa découverte, le SCE est ce qui permet aux cannabinoïdes, comme le CBD ou le THC, d’interagir avec notre corps.

En ce qui concerne le SCE et la perte de poids/métabolisme, nous savons qu’il est directement lié au stockage de l’énergie et au transport des nutriments. Par conséquent, il contribue à tout réguler, de l’humeur au sommeil en passant par la température et l’inflammation. Une étude a même révélé que le système endocannabinoïde stimule les zones du corps[1] impliquées dans le métabolisme, comme le tractus gastro-intestinal et le pancréas.

D’un point de vue scientifique, le système endocannabinoïde est composé d’enzymes métaboliques qui stimulent diverses parties du corps. Il agit principalement par le biais de deux composés endogènes, l’anandamide et le 2-AG (2-arachidonoylglycérol)[2], qui ciblent les récepteurs CB1 et CB2 dans l’organisme. Étant donné que les cannabinoïdes comme le THC et le CBD interagissent également avec ces récepteurs, il est logique que le cannabis puisse aider le métabolisme et/ou la perte de poids d’une certaine manière.

Bien que les recherches sur le système endocannabinoïde et le métabolisme soient toujours en cours, nous en apprenons davantage chaque année.

Le CBD et le métabolisme

Tous les cannabinoïdes ont des effets différents, mais ils ont tendance à avoir des interactions similaires ou complémentaires avec le SCE. Le CBD peut affecter ou modifier notre métabolisme de quatre manières principales.

La fonction mitochondriale

Si vous ne vous souvenez que d’une seule chose en cours de sciences, c’est bien : la mitochondrie est la centrale électrique de la cellule. On pourrait même dire que c’est l’épice de la vie.

Les mitochondries convertissent les sucres, les graisses et les protéines en énergie qui permet à notre corps de survivre. Ainsi, les déséquilibres mitochondriaux peuvent affecter la façon dont nous brûlons l’énergie, ce qui rend la perte de poids plus difficile. Par conséquent, la correction de ces déséquilibres peut considérablement améliorer la santé métabolique et remettre les choses en marche.

Le CBD semble réguler l’activité mitochondriale[3], mettant notre ECS en forme, ce qui nous aide ensuite à atteindre l’équilibre métabolique, ou homéostasie. Dans cette optique, le CBD, associé à un régime alimentaire et à l’exercice physique, pourrait-il augmenter la vitesse à laquelle nous brûlons les graisses ? Examinons cela d’un peu plus près.

Brûlage des graisses

La graisse est un macronutriment compliqué. Nous la considérons automatiquement comme une mauvaise chose. Or, scientifiquement parlant, ce n’est pas le cas. Au contraire, il existe en fait deux types de graisse dans notre corps : la bonne (brune) et la mauvaise (blanche).

La graisse blanche est prédominante : C’est la graisse que nous avons développée pour nous empêcher de mourir de faim lorsque nous n’étions que des créatures vivant dans des grottes. La graisse blanche stocke et fournit de l’énergie à notre corps, amortissant nos organes pour des scénarios extrêmes auxquels nous ne serons pas confrontés au cours de notre vie. Par conséquent, la graisse blanche peut vraiment perturber le métabolisme. La graisse brune, en revanche, génère de la chaleur et brûle des calories.

Dans une étude publiée dans Molecular and Cellular Biochemistry, des chercheurs ont découvert que le CBD peut convertir la graisse blanche en graisse brune [4]. Bien que d’autres études sur l’homme soient nécessaires, cela représente un grand potentiel pour l’utilisation de l’huile de CBD parallèlement à un programme de perte ou de gestion du poids.

Régulation de l’insuline

Afin de préserver l’organisme, le foie élimine les toxines et transforme les sucres en excès en insuline. Ces sucres proviennent de pratiquement tout ce que nous mettons dans notre corps, que ce soit des fruits ou de la bière. De là, ils sont transmis au pancréas, qui les envoie aux cellules.

Des taux d’insuline irréguliers peuvent surcharger le foie et le pancréas, ce qui déséquilibre l’organisme. De plus, trop d’insuline dans le sang signifie que nous ne pouvons pas brûler les graisses. Par conséquent, vous aurez beaucoup plus de mal à perdre vos kilos.

Le CBD a le potentiel de stabiliser les niveaux d’insuline, ce qui permet d’amorcer le processus de perte de poids. C’est ce que démontre une étude préclinique[5] qui a constaté que le CBD réduisait les cas de diabète chez les souris non diabétiques.

Suppression de l’appétit

La marijuana (THC en tête) est un stimulant de l’appétit. Par conséquent, certains médecins prescrivent de la marijuana médicale aux patients en chimiothérapie dont l’appétit a été affecté. Bien sûr, toute personne qui a déjà eu des fringales sera probablement d’accord avec cette affirmation.

S’il est vrai que le THC donne faim, ce n’est pas le cas du CBD. Considéré comme étant plutôt un coupe-faim, le CBD isolé ne vous fera pas avaler des bonbons. Au contraire, comme le montre une étude de 2012 sur des rats, il est plus susceptible de réduire la prise alimentaire[6].

Mots de la fin

Ajouter du CBD à un programme de perte de poids sans faire d’exercice ni suivre un régime alimentaire sain ne fera probablement pas grand-chose non plus.

En revanche, l’ajout de CBD à un programme d’exercice et d’alimentation saine pourrait être un excellent complément, grâce à sa polyvalence et à son soutien global du système endocrinien. À tout le moins, rien n’indique que la prise de CBD vous fera prendre du poids. Et comme il est bien toléré et offre de nombreux autres avantages, rien ne s’oppose vraiment à ce que vous incorporiez le CBD dans votre régime de perte ou de gestion du poids.

Références :

  • The endocannabinoid system and energy metabolism – PubMed https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  • An introduction to the endogenous cannabinoid system https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  • Cannabidiol Targets Mitochondria to Regulate Intracellular Ca2+ Levels https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  • Cannabidiol promotes browning in 3T3-L1 adipocytes – PubMed https://www.ncbi.nlm.nih.gov
  • Cannabidiol lowers incidence of diabetes in non-obese diabetic mice – PubMed https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov
  • Cannabinol and cannabidiol exert opposing effects on rat feeding patterns – PubMed https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici